Le rachat de crédit suite à un décès

Le rachat de crédit est l’une des meilleures solutions pour régler les problèmes financiers suite à une séparation ou un décès. En effet, le rachat de crédit permet de regrouper les crédits en un seul et unique crédit pour réduire les mensualités et allonger la durée du remboursement. Toutefois, le rachat de crédit peut poser un autre problème après le décès de celui qui l’a contracté, surtout pour la famille du défunt. De ce fait, il est important de connaître ce qui en est du rachat de crédit après un décès.

Le rachat de crédit après un décès

rachat de crédit suite à un décèsSi une personne ayant contracté un rachat de crédit est morte, alors que ses remboursements ne sont pas encore terminés, il incombe à la personne à qui elle a légué sa fortune de terminer le remboursement des créances communes ou héritées. La plupart du temps, le rachat de crédit est suivi d’une assurance décès, mais l’assurance décès ne couvre pas toujours l’intégralité des prêts. Dans bien des cas, le rachat de crédit à la consommation fait rarement l’objet d’une assurance décès, mais le rachat de crédit immobilier est souvent, mais pas obligatoirement suivi d’une assurance décès. Toutefois, ce ne sont pas tous les prêts immobiliers qui sont complètement assurés et l’emprunteur doit toujours payer la fraction non couverte.

Ce que les organismes de crédits proposent

Après le décès d’une personne qui a effectué un rachat de crédit, les organismes de crédits proposent une solution de rachat de crédit après décès, qui vise à aider le dernier vivant en lui accordant un remboursement des emprunts adapté à sa capacité financière. Dans ce cas, le remboursement est calculé en tenant compte d’une baisse de revenus et en dégageant un reste à vivre suffisant. Par ailleurs, le rachat de crédit après un décès avec un crédit unique peut englober les dépenses qu’engendrent des frais comme la sépulture, le relogement et la succession.

En outre, dans le cas où la personne décédée a plusieurs héritiers d’un patrimoine immobilier, et que l’un d’eux veut racheter la part des autres ou offre une compensation d’une valeur équivalente à l’héritage perçu lors du partage d’une indivision, les organismes de crédits proposent le rachat de soulte qui peut être consolidé par le rachat de crédit suite à décès.